top of page
  • Photo du rédacteurArcs 1800

Montagne : se faire plaisir autrement (qu'avec le ski)



Altitude ne rime pas qu’avec sports d’hiver : architecture, sensations fortes, nouvelle vogue bistrotière... déclinent aussi les plaisirs de la neige.


Le grand frisson sinon rien

Si la pratique du ski reste la première intention des fans de sports d'hiver, les activités hors des pistes se multiplient. Les adeptes ont découvert un éventail d'activités plus contemplatives, parfois insolites, et les stations ont, elles, anticipé la transition climatique en renouvelant l'image trop sportive de la montagne. En élargissant le champ des possibles, elles initient une approche insolite et plus fédératrice de leurs territoires. L'univers de la glace, par exemple, exerce une vraie fascination et promet un dépaysement inédit.


Après avoir inauguré en 2020 L'École des explorateurs avec l'aventurier Alban Michon (et ses expériences d'ice floating), son fondateur, Tignes propose des initiations à l'apnée sous glace. Dans les Pyrénées, outre une cascade de glace spectaculaire au sommet du pic du Midi, c'est tout le cirque de Gavarnie qui est devenu la Mecque du genre. À La Clusaz, grand frisson assuré, style contemplatif, grâce aux seuls vols en montgolfière au départ d'une station, tandis qu'à Samoëns un stage de survivalisme, avec ou sans nuit dans un igloo, apprend à se repérer, se protéger du froid, faire du feu et s'hydrater… Même possibilité de jouer les Indiana Jones à Pralognan-la-Vanoise, avec un départ raquettes aux pieds pour une balade aux portes du Parc national de la Vanoise, avant de prendre son envol et d'enchaîner quatre tyroliennes.


Outre le dépaysement, c'est l'envie de se dépasser et la perspective de se créer des souvenirs dans un contexte d'efforts qui expliquent le succès grandissant de ces pratiques « en marge ». Le sport ultime pour cette saison ? La Plagne lance des baptêmes de conduite de bobsleigh sur l'unique piste olympique de France. Moins « sensationnel » mais tout aussi marquant, le Queyras a imaginé pour les amateurs d'astronomie une ascension de quatre heures en raquettes ou avec des skis de randonnée jusqu'à l'observatoire de Saint-Véran. Au programme : dîner, découverte du ciel étoilé et nuit sur place avec, le lendemain, une descente en hors-piste aux premières lueurs pour les plus motivés.


Initiation à l'apnée sous glace, Tignes, 99 €. evolution2.com


Week-end cascade de glace dans les Hautes-Pyrénées (2 jours/2 nuits en hôtel 3 étoiles), à partir de 396 €/pers. neige.hautes-pyrenees.fr


Vol en montgolfière, La Clusaz, 290 €. adrenactive.com


Stage de survivalisme, Samoëns, 34 €/pers. (dès 10 ans). guidesmontagnes.com


Raquettes et tyroliennes, Pralognan-la-Vanoise, 65 €/pers. les 2 h (dès 12 ans). esfpralognan.fr


Stage de bobsleigh, 9 et 12 février 2024, La Plagne, 590 €/pers. (dès 16 ans). bobsleigh.net


Ski nordique en nocturne chaque jeudi des vacances de février dans le Haut-Giffre. valleeduhautgiffre.fr


Pas de neige, pas de problème

Au vu des aléas du climat, l'image d'une montagne uniquement tournée vers la performance est bel et bien révolue. Mais outre la perspective d'un enneigement de plus en plus incertain qui pousse les stations à diversifier leurs atouts, il s'agit de séduire une clientèle plus large : les skieurs chevronnés qui ne veulent plus « faire que ça » ; les jeunes générations qui ne sont pas forcément passées par les classes de neige pour apprendre à skier ou encore les tout-petits et leurs grands-parents désireux de partager autre chose qu'un « jardin des neiges » et des jeux de société devant un feu de cheminée… En valorisant leurs territoires à travers des visites patrimoniales ou culturelles et la découverte de métiers typiquement locaux, les stations légitiment enfin la montagne comme une destination touristique à part entière.


Si le pays de Gex, dans le Jura, déjoue la météo et transforme les balades en traîneau à chiens en cani- biathlon et les randos en raquettes en promenades pédestres, Les Arcs optimisent leur héritage architectural avec des visites consacrées à l'œuvre avant-gardiste de Charlotte Perriand. Autre figure patrimoniale, incontournable en Isère, le monastère de la Grande Chartreuse propose de plonger dans le secret des moines (retirés dans le silence mais qui vouent leur vie à la fabrication de la fameuse liqueur) grâce au musée qui leur est dédié et au nouvel espace culturel installé dans les caves.


Découvrir l’œuvre de l’architecte Charlotte Perriand, aux Arcs, et y vivre.

Avec ou sans neige, les épicuriens trouvent de plus en plus d'activités : à Saint-Martin-de-Belleville, dans Les Trois Vallées, Brâva Vela invite à brasser la bière dans une ancienne chèvrerie, tandis qu'à Samoëns, la cheffe pâtissière Ana de la Fuente (passée par l'Hôtel de Crillon, le Lutetia et chez Yann Couvreur) lance ses master class.


L'artisanat n'est pas en reste non plus et témoigne d'un étonnant renouveau. Ainsi en va-t-il des skis tout en bois de haute technicité de l'ex-pisteur Manuel Chalopin, fabriqués à la main dans son atelier de La Plagne. On retiendra également les céramiques contemporaines constellées du sable de la mer de glace de Chamonix de Céline Ballauri, établie à Servoz, et qui ornent notamment les tables du chef Jean Sulpice à Annecy ; le couteau Le Chamoniard de Didier Simond dont le manche fait en bois représente la forme du mont Blanc ; ou encore le linge de maison, à motifs de cerf ou de marmotte, imaginé par Laetitia Berille dans le sillage de son père, Francis Berille, artiste peintre animalier coté à Drouot.


Cani-biathlon, dans le Jura, 25 € (dès 6 ans). qimmiqaventure.com


Visites Charlotte Perriand, Les Arcs, gratuit. lesarcs.com


Musée de la Grande Chartreuse, Saint-Pierre-de-Chartreuse, 10 € l'entrée. chartreuse-tourisme.com


Atelier bière, Saint-Martin-de-Belleville, 90 €/pers. bravavela.fr


Cours de pâtisserie, Samoëns, 40 €/pers. samoens.com


Skis « Gueule de Bois », La Plagne, visite sur réservation. gueuledebois-planchesetguitares.com


Céramiques Ballauri Officine, Servoz. ballauriofficine.com


Couteaux Le Chamoniard, Chamonix. lechamoniard.com


Linge de maison Les curiosités de Francis, Chamonix. lescuriositesdefrancis.com



Terroir, mon beau terroir

Après la vague des tables parisiennes hype qui ont déferlé ces dernières saisons et bousculé l'éternel choix entre la tartiflette et le resto gastronomique d'altitude, la montagne semble désormais attirer toute une génération de chefs en quête d'authenticité, conscients du potentiel du terroir alpin, riche en producteurs et éleveurs de qualité toute l'année. Ainsi la région Savoie-Montblanc a-t-elle vu débarquer à elle seule une douzaine de jeunes cuisiniers. Une vague qui s'inscrit dans celle observée dans les campagnes depuis quelques saisons : les chefs ont à cœur de privilégier les circuits courts mais aussi la facilité d'accès aux meilleurs fournisseurs.


Du bistrot d'auteur au regain d'épiceries-caves à manger, c'est vraiment tout le patrimoine culinaire de la région qui gagne en légitimité. En marge des établissements pionniers, telle L'Épicerie des fermes à Megève (80 ans cette année) dont la sélection va bien au-delà de la charcuterie et des fromages, de nombreuses adresses gourmandes font leur apparition. À Sixt-Fer-à-Cheval, dans le Haut-Giffre, Lara Pascual et Pierre Jorrand ont repris l'Auberge de la feuille d'érable. À Autrans-Méaudre-en-Vercors, Guillaume Monjuré et Chrystel Barnier lancent Palégrié, chez l'Henri, une table « tout braise » et ancrée dans le local. Enfin, à Arêches-Beaufort, c'est le restaurant-chambres d'hôtes Les 9 Névés qui offre une nouvelle vision du terroir beaufortain avec un chef cueilleur.


L'Épicerie des fermes, Megève. epiceriedesfermes.com


Auberge de la Feuille d'Érable, Sixt-Fer-à-Cheval. 04.50.34.44.47.


Palégrié, chez l'Henri, Autrans-Méaudre, à partir de 38 € le menu. palegrie.fr


Les 9 Névés, Arêches-Beaufort, à partir de 39 € le menu. les9neves.fr



Ensemble c'est tout

Avec une durée moyenne de ski quotidien réduite à quatre heures selon l'observatoire de Labellemontagne, le temps restant mérite mieux qu'une chambre d'hôtel et des espaces communs qui manquent d'intimité. Quand on privilégie la location, pas de contrainte horaire ni de dress code pour paresser au coin du feu, on vit la montagne à son rythme en collant et sous-pull à l'heure du goûter en famille. Le coût d'une nuit à l'hôtel versus une location à la semaine n'y est pas étranger… Et force est de constater qu'à budget égal, certaines résidences tout confort (beaucoup avec piscine, spa, conciergerie et accès skis aux pieds) valent mieux qu'un hôtel 3 étoiles à la déco tradi-rustique (plus haut de gamme, les tarifs s'envolent).


Rien d'étonnant donc que les nouveautés en matière d'hébergement se concentrent cet hiver, de Méribel à Courchevel 1850, sur les résidences premium. Certains groupes voient même encore plus loin. En témoigne MGM qui lance conjointement à Flaine un hôtel et une résidence attenante, Alhéna. Objectif ? Offrir dans la deuxième toutes les infrastructures existant dans le premier (restaurant, bar lounge, spa de 1 000 m2…) sans qu'on ait même à en sortir. Le modèle fait d'ailleurs des émules : le Grand Hôtel, à Serre Chevalier, vient d'enrichir son offre avec 21 appartements signés Jean-Michel Wilmotte. Quant au nouvel espace Exclusive Collection du Club Med La Rosière, il propose à la vente, et pour la première fois à la montagne, 43 suites – en réalité de vrais petits appartements – dont chaque propriétaire pourra profiter plusieurs semaines par an avec le « tout inclus by Club Med ».


Et puisque les vacances en tribu deviennent une tendance durable – la crise sanitaire a révélé pour de bon l'envie de partager plus de loisirs et de vacances –, les hébergements de grande capacité se multiplient aussi. Les chalets avec services hôteliers, jusque-là réservés à une clientèle très privilégiée, se « démocratisent » et offrent, pour certains, un rapport qualité-prix très compétitif. Pour preuve, le chalet Au fil de l'eau proposé par Cimalpes à Morzine, dans un style contemporain avec jardin et terrasse, à partir de 2 500 euros la semaine pour dix personnes. Tout comme le groupe Les Étincelles vient d'intégrer dans sa collection haut de gamme, Carte blanche, des chalets situés dans des stations à la réputation plus sportive que chic, telles Tignes et La Plagne.


Alhéna, Flaine, à partir de 1 516 € la semaine en appart. 4 pers. mgm-hotels-residences.com


Chalets du Grand Hôtel, Serre Chevalier, à partir de 220 € la nuit en appart. 2 pers. serre-chevalier.com


Exclusive Collection Club Med La Rosière, à partir de 8 398 € la semaine pour 2 pers. en tout-compris, dont forfaits et cours ESF. clubmed.fr


Chalet Au fil de l'eau, Morzine, à partir de 2 500 € la semaine pour 10 pers. cimalpes.com


Collection Carte Blanche, Belle Plagne, à partir de 1 190 € la nuit dans un chalet 12 pers. etincelles.com

33 vues0 commentaire

Commentaires


bottom of page