top of page
  • Photo du rédacteurArcs 1800

Lyon-Turin : "ce projet c'est l'écologie en actes" déclare le Premier Ministre


"Ce projet immense va changer la face de ce territoire et de l'Europe" : Gabriel Attal encense le chantier du tunnel Lyon-Turin en Savoie


Le Premier ministre Gabriel Attal a visité un des chantiers du tunnel ferroviaire Lyon-Turin, en Savoie. Selon lui, l'ouvrage, qui devrait être pleinement fonctionnel en 2032, améliorera la qualité de vie des habitants de la Maurienne.


"Il n'y a que des grands artisans de ce magnifique chantier et de ce magnifique projet." En visite sur un des chantiers du tunnel ferroviaire Lyon-Turin ce mardi 14 mai, le Premier ministre Gabriel Attal a grandement loué les vertus de ce projet d'ampleur dans les Alpes du Nord.


Le Premier ministre est arrivé en début de matinée au niveau de l'entrée du double-tunnel située sur la commune de Saint-Julien-Montdenis, en Savoie. Accompagné notamment de Christophe Béchu, ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, ainsi que de Marina Ferrari, secrétaire d'Etat chargée du Numérique et ancienne députée savoyarde, Gabriel Attal a d'abord visité les galeries et salué plusieurs ouvriers.


Il a ensuite encensé cet ouvrage, lancé dans les années 90 et qui devrait fonctionner à plein régime d'ici 2032. "Ce projet va changer la face de ce territoire et de l'Europe dans les années et les décennies à venir, a-t-il dit. C'est un projet immense, qui nous dépasse. C'est le projet d'une génération."


D'après le Premier ministre, ce tunnel facilitera les échanges entre la France et l'Italie : "Quand on échange avec les élus et les porteurs de ce projet, on est immédiatement saisi par les transformations concrètes qui vont intervenir pour les habitants de la Maurienne, avec des embouteillages et de la pollution en moins, a-t-il déclaré. Ce projet va concrètement changer la vie quotidienne de beaucoup de Français et d'Italiens."


"C'est l'écologie en actes"

Le Premier ministre a également défendu ce projet face aux critiques sur son impact environnemental. Selon lui, le tunnel permettra de transférer davantage de marchandises, transportées jusque-là par des camions, sur les rails. "Est-ce que la transition écologique est compatible avec le développement économique ? Nous répondons que 'oui'. C'est ma conviction et celle du gouvernement. C'est la ligne que nous défendons. On le voit ici avec cet immense projet, créateur d'emplois et d'activités économiques pour toute une vallée et bien au-delà", a-t-il expliqué.


"C'est un projet qui va concrètement améliorer notre environnement. C'est l'écologie en actes. (...) Je ne comprends pas ceux qui se prétendent écologistes et qui s'opposent à ce projet. En s'opposant à ce projet, ils s'opposent à ce qu'on limite les émissions de CO2 de millions de camions", a poursuivi le ministre.


Il a notamment rappelé que près de 44 millions de tonnes de marchandises transitent, tous les ans, sur des camions entre les deux pays. "L'objectif de ce projet est de passer, à terme, à 50 % (de marchandises transportées par train, NDLR)", a indiqué Daniel Bursaux, président de la société Telt, en charge de la construction de l'ouvrage.


Ce dernier a vanté un tunnel "beaucoup plus moderne et beaucoup plus facilement exploitable par les opérateurs." Selon lui, il "correspondra à environ un million de poids lourds en moins par an sur les routes."


Hommage aux ouvriers décédés

Au cours de son discours, Gabriel Attal a également rendu hommage à trois ouvriers décédés sur le chantier en moins d'un an. Début mai, un ingénieur a perdu la vie dans un accident survenu dans le tunnel de Saint-Julien-Montdenis. "Les circonstances de cet accident font l'objet d'une enquête", a précisé la société Telt.


Porté par l'Union européenne, le chantier du Lyon-Turin vise à augmenter le fret ferroviaire à travers les Alpes, avec 150 km de voies en France, 60 km en Italie et un tunnel frontalier de 57,5 km. Son coût, en constante augmentation depuis son lancement il y a trente ans, a été évalué à plus de 26 milliards d'euros en 2021. Ses opposants dénoncent un projet "pharaonique" et "néfaste" pour l'environnement.

11 vues0 commentaire

Comments


bottom of page