Rechercher
  • Arcs 1800

Tignes : le glacier de la Grande Motte a la cote cet été



Après une saison blanche cet hiver en raison de l'épidémie de Covid-19, la station de Tignes (Savoie) et son glacier ont attiré les skieurs d'été en manque de poudreuse.


La station de Tignes (Savoie) tente de rattraper la saison blanche de cet hiver grâce au ski d'été ! Le glacier de la Grande Motte accueillait les skieurs et snowboarders du 19 juin au 1er août. Environ 19.000 forfaits journée ont été vendus cette année, contre un peu plus de 13.000 l'été dernier, soit une hausse d'environ 30%.


Des touristes en manque de poudreuse


La fréquentation pendant les six semaines d'ouverture du glacier s'est avérée "très positive", selon Frédéric Bonnevie, le directeur général de la régie des pistes dans la station de Tignes. "Privés de ski et de sports de glisse cet hiver, ils ont tenu à venir s'exprimer sur notre domaine, à profiter du grand air", sourit le gérant.


"Cela fait un an et demi que je ronge mon frein" - Matthieu, skieur


Cet été, il était hors de question de passer les vacances à la plage pour ce père et sa fille, venus d'Aix-en-Provence : "On a été privés cet hiver, ça nous a manqué !" Sa fille de 10 ans a fait du ski de randonnée cet hiver, mais ce n'est pas tout à fait pareil selon elle : "il faut monter et la descente est très courte donc ça m'avait manqué quand même". Matthieu aussi est venu en famille mais il n'avait pas prévu de chausser les skis. En arrivant, il a eu la bonne surprise de voir la poudreuse : "Quand on a compris qu'on pourrait skier, on a loué du matériel et pris les forfaits au jour le jour".


Beaucoup de clubs et skieurs étrangers

Les skieurs professionnels sont nombreux cet été au glacier de Tignes.


La bonne fréquentation cet été s'explique notamment par la présence importante des membres de clubs et skieurs de compétition qui n'ont pas pu suivre leur entraînement habituel cette année, remarque Frédéric Bonnevie : "Une grosse partie du public qui vient chez nous sont des _fédérations françaises et étrangères_. La fédération nationale de Suède est notamment venue s'entraîner en ski de fond. Elles représentent 80% de notre public sur le glacier".


Les clubs et compétiteurs sont nombreux, selon Frédéric Bonnevie, le directeur général de la régie des pistes dans la station de Tignes.


Bruno, par exemple, est venu faire un stage de compétition avec l'Ecole du ski français (ESF). "On vient tous les étés mais du fait qu'on a pas pu en faire cet hiver on en fait plus cet été été. Normalement on vient deux ou trois semaines mais là on est resté quatre semaines", raconte le quinquagénaire.


Un Pyrénéen dans les Alpes


Témoignage d'Antoine, un skieur venu des Pyrénées.


La crise sanitaire donne aussi lieu à des situations loufoques. Antoine, un skieur venu des Pyrénées a dû traverser la France pour skier dans les Alpes. "Je me dis que ce n'est pas probable d'aller skier en août dans les Alpes mais c'est vachement bien ! Les clubs dans les Pyrénées ne sont pas autant investis que dans les Alpes donc je n'ai pas skié cette année et ça fait plaisir de revenir sur les pistes en mode course", témoigne le jeune homme.

40 vues0 commentaire