Rechercher
  • Arcs 1800

SKIBRID : le nouvel OSNI (Objet Skiant Non Identifié) originaire d'Isère



Créée en 2019, la start-up Skibrid, basée à Saint-Martin-d’Hères, propose une innovation à la vente et à la location : le ski avec guidon. L’aboutissement de trois ans de recherche pour un investissement de 300 000€.


« L’objectif n’est pas d’attendre plusieurs années pour développer l’activité. » Arnaud Ballu, 59 ans, ancien ingénieur R&D, a fondé avec deux associés, la start-up Skibrid. Officiellement créée à Saint-Martin-d’Hères, en juin 2019,l’entreprise s’est spécialisée dans la conception d’engins de glisse d’un nouveau genre, sorte d’hybride entre le vélo et le ski ou le snowboard, le tout pesant l’équivalent d’une chaussure de ski (3,5 kg). Elle a notamment investi quelque 300 000 € (l’équivalent de son chiffre d’affaires) dans ce projet : brevet industriel, frais de préséries, de prototypage, etc.


Sensation de liberté

« Je fais de la conception de produits depuis une vingtaine d’années, témoigne Arnaud Ballu qui a planché pendant près de 10 ans sur le concept. L’objectif était de retirer la contrainte des fixations et de retrouver la sensation de liberté avec les pieds libres sur une planche. » L’idée d’ajouter un guidon est venue naturellement : « Physiologiquement, c’est un accessoire logique pour contrôler un engin et une trajectoire. »


Arnaud Ballu a conçu un cadre et un guidon de vélo, qui peuvent facilement se fixer sur n’importe quelle planche de snowboard équipée d’inserts. La planche de ski, en revanche, doit être préalablement aménagée (avec notamment la pose de raidisseurs en fibres de verre). Grâce à un partenariat avec la marque grenobloise Rossignol, Skibrid profite de tout un stock de skis destinés au broyage et qu’elle peut ainsi transformer en skis avec guidon.


Compenser les surcoûts

« Les cadres sont produits par un fabriquant de vélo en Asie, précise Arnaud Ballu. La partie montage, soudage et fabrication de pièces spécifiques est réalisée ici. On ambitionne, dès l’année prochaine, de relocaliser nos cadres dans la région. L’idée est de compenser les surcoûts de main-d’œuvre que l’on a en France par un nouveau design réalisable par des machines. »


Actuellement, les produits (snowboard et quatre types de ski qui permettent de couvrir tous les publics et toutes les pratiques, que ce soit sur piste damée ou dans la poudreuse) sont proposés principalement à la vente ou à la location directement via le site Internet de la start-up. « Le réseau de distribution de skis n’a malheureusement pas retrouvé son rythme de commandes d’il y a deux ou trois ans. La plupart ont des trésoreries tendues. En attendant, on se fait connaître, on fait du saupoudrage. On mise aussi sur le local car nous avons un partenariat avec Chamrousse. » Ainsi, une offre spéciale permet de combiner location de son matériel Skibrid pour la journée et achat de son forfait (34 €, uniquement en semaine).

20 vues0 commentaire