Rechercher
  • Arcs 1800

Saint-Gervais : le tribunal de Grenoble annule à nouveau un projet immobilier dans une zone humide



Le tribunal administratif de Grenoble a donné raison à France Nature Environnement pour préserver une zone humide à Saint-Gervais (Haute-Savoie). Il vient d'annuler le plan local d'urbanisme du Bettex qui prévoyait la construction d'hôtels et de résidences sur ce plateau en face du Mont-Blanc.


C'est la troisième fois depuis octobre 2019 que le tribunal administratif de Grenoble annule une décision de la commune de Saint-Gervais.


Le tribunal administratif de Grenoble a donné raison, dans une décision du 5 juillet dernier, à France Nature Environnement Auvergne Rhône Alpes (FNE-AURA), qui demandait de protéger une zone humide dans le secteur du Bettex, à Saint-Gervais (Haute-Savoie) . Les juges ont annulé le plan local d'urbanisme (PLU) du Bettex, qui prévoyait la construction d'hôtels et de résidences sur ce plateau en face du Mont-Blanc. Situé à 1.400 m d'altitude, il accueille de l'urbanisme diffus et la station intermédiaire de la télécabine du Mont-d'Arbois.


La commune a fait appel de la décision mais « l'aménagement du Bettex, c'est fini », annonce le maire de Saint-Gervais, Jean-Marc Peillex. « Clap de fin pour le pouvoir des élus en matière d'urbanisme ! Il est désormais dans les mains d'associations, sans aucune légitimité populaire et démocratique », déclare-t-il. Sur Twitter, l'élu en appelle à Emmanuel Macron : « S'il est urgent de protéger la nature et notre environnement, il est temps de protéger les élus et la démocratie ».


« Réservoirs de biodiversité »

« Un élu n'a pas carte blanche pour faire ce qu'il veut », rétorque Anne Lassman-Trappier, présidente de FNE Haute-Savoie. « Nous défendons la nature quand elle est attaquée, c'est notre raison d'être et nous sommes tout aussi légitimes, car nous représentons 47 associations et 30.000 adhérents », ajoute-t-elle.


C'est la troisième fois depuis octobre 2019 que le tribunal administratif de Grenoble annule une décision de la commune de Saint-Gervais. « En tout, nous avons protégé 25.000 m2 de zones humides de l'urbanisation » se félicite l'association, qui s'était aussi mobilisée contre des projets dans les secteurs de l'Essay et des Bétasses. « Ces écosystèmes sont des réservoirs de biodiversité précieux dans la lutte contre les changements climatiques », explique la présidente de FNE Haute Savoie.


« Projet raisonnable »

Selon Daniel Duffoug-Favre, président du groupe Mont-Blanc Immobilier et promoteur de la zone à construire au Bettex depuis 2016, « il y a des moyens de traiter ces zones humides. » « Par exemple, si on prélève 1.000 m2 pour construire, on peut ajouter plus loin 2.000 m2 et recréer une zone humide et faire quelque chose de bien », avance-t-il.


La Clusaz vote pour le projet contesté de retenue collinaire


Il souhaite « discuter » avec les associations sur son projet : construire au Bettex un mini-centre d'une surface au maximum de 12.000 m2 avec des habitations traditionnelles, un hôtel et des résidences de tourisme, « J'ai vécu dans ce hameau quand j'étais gamin. Je ne veux pas faire n'importe quoi mais un projet équilibré, raisonnable, sympathique et qui serait habité la plus grande partie de l'année », défend-t-il.


Route forestière

Un autre dossier oppose l'association et la communauté de communes du Pays du Mont-Blanc, à laquelle appartient Saint-Gervais. Il concerne le projet de route forestière du col de Voza, qui prévoit de créer, en partie dans le site classé du Mont-Blanc, une route de 14 km de long qui partirait de 800 m jusqu'à ce col situé à 1.650 m d'altitude.


« Cette route n'a pas d'utilité économique mais elle détruirait des milieux encore préservés où sont réfugiées des espèces protégées comme le Pic Tridactyle dont il ne reste que de 20 à 100 couples », explique Anne Lassman-Trappier. Pour le moment, un recours gracieux a été émis mais, à l'automne, FNE va déposer une plainte.

130 vues0 commentaire