Rechercher
  • Arcs 1800

Sécurité sur les pistes : la protection dorsale de plus en plus prisée



Utilisée en complément du casque, la protection dorsale est devenue au fil des années un élément de protection supplémentaire, prisé non seulement par les athlètes de haut niveau, mais également par toutes les personnes recherchant un maximum de sécurité, sur les pistes, comme en dehors.


Seul accessoire permettant de protéger efficacement votre colonne vertébrale, la protection dorsale, autrefois très rigide et limitante dans l'amplitude des mouvements, a su évoluer pour se faire à la fois discrète sous votre tenue, et vous permettre de bouger comme bon vous semble sur les skis.


Pour quelle pratique utiliser une protection dorsale ?

Toutes les raisons sont bonnes pour se protéger en ski. La vitesse étant le premier danger rencontré lors de la pratique, on pense souvent au casque pour la tête mais l'on oublie vite que le dos aussi est largement sollicité en cas de chute. La protection dorsale apporte donc une réponse efficace à tout type de pratiques et de conditions d'utilisation, et vous protégera également le dos lorsque vous entrerez en contact non seulement avec le sol, mais avec tout autre obstacle : rail, coping, arbres, rochers, ...


Que vous soyez compétiteurs et fan de piquets, rats de park ou freerideurs, voire skieurs lambdas préférant la sécurité des pistes, aucune règle n'exclue le port de la dorsale, bien au contraire. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle on la retrouve de plus en plus souvent dans la panoplie du skieur, quel que soit son niveau ou sa pratique.


De quoi se compose une dorsale ?

Ces dernières intègrent de nouveaux matériaux et de nouvelles technologies, comme le D3O : une mousse polyuréthane très dense (30 kilos au mètre cube), capable d'absorber un choc important malgré une faible épaisseur de matériau et que l'on retrouve également dans d'autres sports, comme le VTT, l'équitation, ... D'autres marques font quant à elles appel à d'autres fabricants comme Crash Absorb® chez Dainese, SAS Tech pour Rossignol, ou parient même sur leur propres mousses, comme par exemple FlexCell 4D pour Salomon ...

Résultat : les dorsales actuelles sont toujours plus souples, plus légères, plus ventilées et au final plus confortables, et se font littéralement oublier lorsque vous dévalez les pentes, mais n'en restent pas moins particulièrement efficaces contre les chocs en cas de chute.


Toutes les dorsales proposées sur le marché répondent à la norme Afnor EN1621-2:2014 (également utilisée pour les accessoires de protection moto) et vous assurent un niveau de protection optimale.


Quels types de protections dorsales existent ?

Deux types de protections dorsales sont proposés : la version simple, et la version gilet.


1/ La dorsale simple

La dorsale simple est plus légère et plus accessible en terme de prix. Elle se compose de deux bretelles ajustables et d'un sangle ventrale élastique à velcro, et se porte idéalement entre votre sous-vêtement thermique et votre polaire (votre 2ème couche permet ainsi de maintenir la dorsale en place, notamment lorsque vous serez assis.e.s sur le télésiège où elle aura tendance à remonter).



2/ Le gilet de protection

De son côté, le gilet, bien qu'un peu plus onéreux, tiendra mieux en place et se portera comme une couche vestimentaire à part entière, et ne nécessitera pas forcément de porter une polaire pour rester en place, même sur les remontées mécaniques ou au moment de la pause repas. Les gilets sont également pour la plupart équipés de renforts en niveau des pectoraux, ce qui n'est pas ou peu le cas sur les versions dites "standard".

A noter que bien souvent, les deux versions d'un même modèle existent (simple et gilet), et se déclinent aussi bien chez l'homme, la femme et l'enfant.



Comment choisir sa taille de dorsale ?

Nous vous invitons à mesurer la hauteur de votre dos afin de bien choisir la taille de votre dorsale. En effet, un modèle trop petit ne couvrira pas l'ensemble de la colonne, et un modèle trop grand vous gênera dans vos mouvements lorsque vous descendrez les pentes, mais également lorsque vous serez assis.e.s. N'hésitez donc pas à consulter les grilles de correspondance de tailles proposées par les marques pour être sûr.e de ne pas vous tromper.

26 vues0 commentaire