Rechercher
  • Arcs 1800

Recyclage : les professionnels du ski organisent la fin de vie de leurs produits


Depuis le 1er janvier, la loi anti-gaspillage pour une économie circulaire (Agec) impose à la filière ski d’organiser la fin de vie de ses produits (skis, chaussures, casques, etc.) Avec une sensibilisation cette semaine à Méribel pour le Ski Force Pro, qui réunit les marques et détaillants des sports d’hiver.

Depuis dimanche, le Ski Force Pro a hissé son pavillon à Méribel, déployant son village avec une vingtaine de marques. L’occasion pour les magasins de sports de tester les gammes 2022-2023 avant de lancer les commandes. Des skis neufs dont on ne se pose pas encore la question de leur devenir en fin de vie après quelques années de service en location ou après achat.


Mais ça viendra… « Depuis le 1er janvier 2022, la loi Agec (anti-gaspillage pour une économie circulaire) impose à la filière sports de s’organiser pour gérer la fin de vie de ses produits aussi bien pour les skis, les chaussures que les casques et masques », explique Brice Blanquart, qui gère cette nouvelle obligation pour le versant montagne de l’Union Sport et Cycle. L’USC regroupe les entreprises de la filière du sport, des loisirs, du cycle et de la mobilité active, dont 1 500 magasins en montagne.


Pour les marques, Il faudra compter environ 1 € par paire de ski et 66 centimes pour les chaussures

Cette filière de recyclage existe déjà pour l’électroménager, le textile et elle doit se mettre en place ces deux prochaines années pour toute l’industrie du sport comme le ski ou le vélo. « Nous avons fait appel à la société Ecologique pour organiser la filière qui se compose de nombreux acteurs à faire travailler ensemble », détaille Brice Blanquart, qui profite du Ski Force Pro de Méribel pour sensibiliser les détaillants à cette nouvelle réglementation.


Première mission d’Ecologique : récupérer la contribution financière auprès des marques selon une grille tarifaire calculée au poids pour les skis et à l’unité pour les chaussures. « La France est le premier pays en Europe à mettre ce dispositif en place. Pour les marques, Il faudra compter environ 1 € par paire de ski et 66 centimes pour les chaussures », ajoute Morgan Redouin, président de la commission montagne de l’USC.


SKI CHRONO ET LE DAUPHINÉ LIBÉRÉ S’ENGAGENT AVEC LES MARQUES


Au cœur de son écosystème, la rédaction de Ski Chrono (magazine et web) du groupe Dauphiné Libéré s’engage avec l’Union Sport et Cycle (UCS) pour accompagner le lancement de cette filière en 2022 et sa mise en place en 2023. Notre support relayera cette campagne visant à un cercle plus vertueux de la consommation des produits liés aux sports d’hiver et à l’outdoor pour sensibiliser les propriétaires des magasins de sports et le grand public qui est en demande d’une économie plus circulaire et écoresponsable comme l’ensemble des acteurs dont nous sommes.


Réparation, réutilisation et recyclage

Dans un second temps et à l’horizon 2023, Ecologique doit ensuite organiser la collecte des produits en magasins (en fonction de leur taille) et dans certaines déchetteries. Mais cette société doit également gérer le devenir des produits entre la réparation (pour une seconde vie sur le marché de l’occasion), la réutilisation (pour la décoration), la valorisation (récupération de ferraille et combustible en cimenterie) ou le recyclage. « Cette dernière option du recyclage reste la plus complexe pour les skis qui sont un assemblage de plusieurs matériaux. Cela nécessitera des études de recherche et développement spécifiques qui pourront également être financées par l’éco-contribution récupérée par Ecologique », conclut Brice Blanquart.


Et les marques ont déjà commencé à adopter une démarche vertueuse en amont de la conception des gammes pour faciliter le recyclage.


TRI-VALLÉES PIONNIÈRE DU RECYCLAGE


En 2006, Tri-Vallées a ouvert la voie en France pour le recyclage des skis, snowboards, chaussures, bâtons, luges.. Plusieurs milliers de tonnes de matériaux ont ainsi été détournés de l’enfouissement. Cette filière concerne plus de 400 magasins dans 45 stations des Alpes françaises.

100 vues0 commentaire