Rechercher
  • Arcs 1800

Protection solaire au ski : réverbération et proximité du soleil imposent des choix sans concession


Une escapade au sport d’hiver ? On dit oui, mais uniquement avec une crème solaire pour préserver la peau de notre visage. Conseils pour bien choisir son soin protecteur.


S’il est évident de glisser nos huiles solaires et autres crèmes protectrices dans les valises lorsqu’on prépare nos vacances d’été, il semblerait qu’il n’en soit pas toujours de même pour les vacances au ski. Et pourtant, que ce soit en bikini ou en combi, il est essentiel de se protéger des méfaits du soleil. Alors pour les séjours (courts ou longs) au sport d’hiver, on se protège ! Oui, mais quelle crème solaire choisir à la montagne ? Le Dr. Marina Alexandre, dermatologue et consultante La Roche-Posay nous conseille.


POURQUOI EST-IL IMPORTANT DE SE PROTÉGER DU SOLEIL AU SKI ?

On le sait déjà : le soleil, c’est dangereux. Et s’il est recommandé de s’en protéger toute l’année (surtout si l’on habite dans un le Sud ou un pays ensoleillé), il faut être encore plus prudent lors d’un séjour au ski. Pourquoi ? « En montagne, avec l’altitude, nous sommes physiquement plus proches du soleil. Intrinsèquement, la quantité d’UV est plus importante. À cela s’ajoute la neige immaculée qui augmente considérablement le rayonnement solaire, autrement dit la réverbération, et ce, de plus de 80% », indique la dermatologue. On comprend mieux d’où nous vient alors ce teint hâlé et cette (terrible) marque de lunettes de ski… même par temps couvert.


AU SKI, QUELS SONT LES RISQUES POUR LA PEAU ?

Évidemment, cette forte exposition augmente certains dangers. Le risque majeur et immédiat reste d’attraper un coup de soleil et de finir la journée avec le teint rouge écrevisse. Mais le plus inquiétant s’opère sur le long terme. En effet, une exposition non-protégée aux UV augmente les risques de cancer de la peau. Enfin, le soleil accélère le vieillissement cutané et donc l’apparition de rides ou de taches sur la peau. Il est donc primordial de se procurer un solaire de qualité.


COMMENT BIEN CHOISIR SA CRÈME SOLAIRE AU SKI ?

S’il est difficile de recommander de se mettre à l’ombre entre 14h et 16h puisque ces horaires correspondent aux dernières heures d’ouverture des pistes, il existe néanmoins d’autres précautions à prendre pour bien protéger sa peau des rayons (en plus de porter des lunettes de soleil pour nos yeux).


L’importance de l’indice de protection

Avec les basses températures, difficile de croire que l’on va cramer et pourtant… « la crème solaire est indispensable », insiste l’experte. Face à la violence des UV, on se procure donc une crème solaire avec un indice de protection SPF 50+. Pour bien la choisir, on prête attention à la présence des sigles UVA et UVB sur le flacon. Une fois en notre possession, on renouvelle l’application toutes les deux heures sans faute !


En termes de praticité, on laisse nos gros flacons pour la plage et on opte plutôt pour un petit tube, plus simple à emporter et à glisser dans la poche pour le dégainer en cas de besoin.


Le choix de la texture

« Outre le soleil, d’autres agressions comme le froid, le vent, l’air sec ou encore les changements de température brutaux peuvent affaiblir la peau », explique la dermato. Conséquences directes : notre barrière cutanée est agressée, ce qui entraîne le dessèchement de la peau. C’est pourquoi, il vaut mieux laisser les brumes et autres huiles aux textures fluides et légères au placard et opter pour un solaire hydratant riche à la texture crémeuse. Par ailleurs, au ski, on accorde moins d’importance au critère de la résistance à l’eau « sauf si… on tombe souvent », plaisante l’experte.


Un stick de protection solaire pour les lèvres

Pour la protection des lèvres, on se tourne vers des soins adaptés et spécifiquement conçus pour cette zone fine et fragile : les baumes à lèvres avec SPF 50+. En plus de nous préserver des rayons du soleil, ils écartent les risques de gerçures. Par ailleurs, « leur galénique est plus adaptée à la zone : ils adhèrent mieux aux lèvres et tiennent plus longtemps qu’une crème solaire. Et s’ils ne sont pas indispensables, leurs filtres sont pourtant plus adaptés à une ingurgitation inopinée », précise l’experte.


Autres conseils ?

Si l’objectif va au-delà de préserver son capital solaire et que l’on souhaite prévenir le photovieillissement, on peut ajouter un antioxydant à sa routine de soin. À appliquer juste avant la crème solaire.


Enfin, après avoir mis notre peau à rude épreuve après une journée à l’air libre, il est de mise de se munir de soins réparateurs, nourrissants et hydratants pour aider la barrière cutanée à rester en bonne santé et la préparer à affronter de nouvelles épreuves. À ajouter à votre vanity de montagne, donc !


QUE FAIRE EN CAS DE COUP DE SOLEIL SUR LE VISAGE ?

Et si malgré toutes ces précautions, on attrape un coup de soleil, « on arrête de s’exposer et on prend soin de notre peau grâce à des soins cicatrisants et réparateurs ultra-riches », conclue la dermatologue.

34 vues0 commentaire