Rechercher
  • Arcs 1800

Les Etincelles : le nouveau groupe hôtelier, positionné sur le segment du haut de gamme et du luxe



Un nouvel acteur hôtelier voit le jour dans la Tarentaise et l’Isère. Entretien avec Thibault de Saint Martin, l’un des quatre associés derrière le projet « Les Etincelles ».


Pouvez-vous nous présenter le concept des Etincelles ?

Thibault de Saint Martin : Les Etincelles est un nouveau groupe hôtelier, positionné sur le segment du haut de gamme et du luxe, et installé dans 8 stations pour le moment (Tignes, La Rosière, La Plagne, Les Arcs, Les 2 Alpes, Alpe d’Huez, Val d’Isère et Val Thorens). Notre ambition, c’est de faire de la montagne un nouvel art de vivre. Nous voulons donner une âme à l’hôtellerie de montagne, en mélangeant le confort moderne, la créativité, l’authenticité de la montagne et le respect de l’environnement. Avec l’objectif de provoquer des émotions chez nos clients.


Comment est née cette idée ?

Thibault de Saint Martin : C’est un projet initié il y a plus de trois ans maintenant, par Guerlain Chicherit, l’un des associés des Etincelles. Il a créé des chalets, capables d’accueillir des groupes de 10 à 16 personnes, chacun possédant ses effets « wahou ». Quand les enfants découvrent le toboggan et la carlingue d’avion du chalet « Tango », ils sont fous ! Ces chalets, malgré la pandémie, ont très bien fonctionné. Ce sont des produits qui attirent notamment la clientèle étrangère. Nous avons même accueilli des Australiens ! Partant de ce constat, avec les autres associés des Etincelles, nous avons pensé qu’il y avait en montagne une expérience hôtelière à réinventer.


Une expérience qui s’appuie donc sur des chalets privés ?

Thibault de Saint Martin : Les chalets nous ont permis d’accueillir des clients, de tester les expériences qu’on voulait apporter à nos concepts en termes de restauration, d’accueil, de service… On s’est inspiré de nos chalets pour aller beaucoup plus loin sur le volet hôtelier, pour donner un coup de neuf à des établissements qui étaient à bout de souffle, dans l’esprit de ce qu’on a fait avec les chalets (réunis ensuite sous la marque Carte Blanche Collection). Cela fait deux ans que nous travaillons sur ce projet, et, pour cet hiver, nous proposons 10 hôtels, 16 chalets et 7 résidences. Avec l’objectif de séduire 15 000 clients. A terme, c’est-à-dire d’ici 2026, nous voulons pouvoir proposer 150 références. Et 22 projets sont déjà en cours de développement.


Quel est votre cahier des charges pour décider de prendre la gestion d’un hôtel et de le rénover ?

Thibault de Saint Martin : Notre critère principal, c’est le critère environnemental. D’ailleurs, Les Etincelles adoptent une démarche éco-responsable sur tous les aspects de son activité (construction, ressources humaines…). Donc nous n’investirons que dans des stations situées à plus de 1800 mètres d’altitude, car le réchauffement climatique est une réalité qu’on doit anticiper. Nous choisissons des localisations privilégiées dans les stations, pour assurer une expérience client optimale, avec un hébergement aux pieds des pistes. Enfin, nous sommes intéressés par deux types d’actifs : ceux qui ont besoin d’une rénovation, et ceux qui sont déjà très bien conçus, sur lesquels nous pouvons améliorer le service.


Comment commercialisez-vous ces hébergements ?

Thibault de Saint Martin : Nous avons un site Internet, bien sûr, qui joue plutôt le rôle d’une vitrine, qui doit susciter l’envie. Nous sommes également présents sur les grandes plateformes de distribution, mais nous vendons des produits relativement complexes, haut de gamme et luxueux, et pensés pour des groupes d’au moins 10 personnes. Ce ne sont pas des ventes qui se font en un clic. Nous tissons donc un réseau dans la distribution, française comme étrangère, auprès d’agences de voyages et de tour-opérateurs qui peuvent être intéressés par ce genre de produits. C’est un travail qui prend du temps mais qui est très important.


27 vues0 commentaire