Rechercher
  • Arcs 1800

Le PGHM fête ses 50 ans



Trente-trois gendarmes du peloton de gendarmerie de haute montagne veillent toute l’année sur les pratiquants des massifs.


« Ces cinquante ans marquent notre maturité, notre unité a su évoluer », constate Patrice Ribes, chef d’escadron du PGHM Savoie, basé à Bourg-Saint-Maurice. Remontons le temps. Il existait déjà une unité à Chamonix, dès 1958, conçue après le drame des alpinistes Vincendon et Henry. Devant l’augmentation de la pratique des sports de montagne en Savoie, les gendarmes se sont professionnalisés pour faire face à la recrudescence de l’accidentologie, notamment auprès des randonneurs et des vététistes. De la simple entorse qui ne permet pas de rentrer chez soi à l’accident mortel, ils sont sur tous les fronts, à veiller sur notre sécurité. De 24 interventions en Savoie en 1971, ils en enregistrent, aujourd’hui, entre 750 et 800 annuellement.


UNIQUE AU MONDE.

Ce système d’organisation n’existe qu’en France, couvrant tous les massifs montagneux. En Suisse et en Italie, ce sont des guides de haute montagne de permanence qui portent secours. Pourtant, ils sont peu nombreux ! 250 spécialistes sur les 100 000 gendarmes français. « Nous poursuivons les missions de la gendarmerie, là où elle ne peut pas aller. »


PLUS QUE DES SECOURS.

« Nous sommes connus pour nos secours en montagne, mais nous réalisons également des enquêtes judiciaires de police administrative lors d’accidents, commente Patrice Ribes. C’est notre plus-value, d’être sur le terrain et d’effectuer, en tant qu’enquêteur, les constatations par un gel photographique des lieux ». Le PGHM continue à se construire au fil des ans. Ainsi, sa cellule

R & D, située au Versoud (Isère), travaille à mettre au point des nouveaux systèmes de recherche.


TRAVAILLER ENSEMBLE.

Le PGHM s’appuie sur d’autres services pour assurer ses missions de sauvetage. En Vanoise, il travaille en alternance, une semaine sur deux, avec la CRS Alpes, le détachement d’Albertville. Les médecins urgentistes, formés au secours en montagne, interviennent sous la responsabilité du PGHM, coordonnateur des secours. Les hélicoptères de l’État, de la sécurité civile ou privés surveillent les montagnes depuis les airs.


LA FÊTE DU 4 SEPTEMBRE.

À Bourg-Saint-Maurice, dans le quartier des Alpins, cette grande famille qu’est le PGHM Savoie fera la fête le 4 septembre pour marquer cet anniversaire, invitant les anciens qui ont créé la structure. Après la cérémonie militaire de 11 h, des animations d’escalade, de dry-tooling et de treuillage permettront de mieux la connaître.


Repères

> Deux unités en Savoie, le PGHM de Bourg-Saint-Maurice et celui de Modane.

> Trente-trois gendarmes, dont quatre équipes cynophiles.

16 vues0 commentaire