Rechercher
  • Arcs 1800

Jean-Baptiste Lemoyne - Remontées mécaniques : « Je ne vois pas pourquoi on n’ouvrirait pas »



Le secrétaire d’Etat au Tourisme compte sur les professionnels du tourisme pour coconstruire des mesures permettant d’aider le secteur à redresser la barre, a-t-il souligné lors du Dîner des Décideurs.

Jamais deux sans trois, dit le dicton. Jean-Baptiste Lemoyne a enchaîné, mercredi 8 septembre, la soirée des Femmes du tourisme, le Dîner de L’Echo touristique, et la soirée Havas Voyages. Ce mini-embouteillage de rendez-vous B2B illustre bien la reprise active de l’événementiel.

Pour autant, de nombreux opérateurs du secteur du tourisme ont toujours besoin du soutien de l’Etat, a reconnu le secrétaire d’Etat lors du Dîner des décideurs. « Même s’il y a eu des trous dans la raquette, nous avons essayé de faire du mieux possible, avec beaucoup de bonne volonté. Nous l’avons dit, lorsque nous avons reçu les représentants du secteur avec (le ministre de l’Economie) Bruno Le Maire, les coûts fixes vont être mis en place pour prendre le relais » après la fin du fonds de solidarité en octobre. Un point d’étape est prévu début novembre, notamment sur les plans d’action prévus pour les trois secteurs identifiés en difficulté : les agences/TO, la montagne, l’événementiel.


Des changements à venir pour les garanties financières

« Nous avons encore du boulot ! Le Président de la République nous disait ce matin qu’il nous reste deux fois 100 jours », a-t-il ajouté, confiant. « Le président a souhaité qu’on fasse ce plan de reconquête du tourisme, dans toutes ses dimensions, sur lequel vous êtes un certain nombre à plancher. »

« Nous allons prendre toutes les mesures nécessaires pour le secteur », a ajouté le secrétaire d’Etat, en soulignant le beau travail de concertation mené avec les Entreprises du Voyage, le Syndicat des entreprises du tour-operating, et les autres représentants du secteur. Et de rappeler, au passage, l’échéance du remboursement des avoirs et le dispositif de prêts déployé par l’Etat pour faire face à cette échéance.


Le sujet des garants financiers s’est aussi invité dans l’allocution du secrétaire d’Etat. « Nous allons continuer à accompagner l’APST. Les choses vont vraiment dans le bon sens. Nous travaillons sur un dispositif de réassurance – un cran au-dessus – pour que les acteurs type APST aient une sorte de filet de sécurité. Cela appellera sans doute des mesures législatives en loi de finance. »


Remontées mécaniques : « Je ne vois pas pourquoi on n’ouvrirait pas »

Le ministre a aussi fait un flash-back d’un an, à septembre 2020. Quand nous n’avions pas encore pleinement plongé dans la troisième vague. Quand il a fallu encaisser, pour les stations de ski, la fermeture des remontées mécaniques tout l’hiver. Malgré le variant Delta et les autres, « j’espère que nous sommes au bout de nos peines grâce à la vaccination et au pass sanitaire. Que nous allons pouvoir reprendre les vies d’avant, celles où l’on voyage, se déplace, se retrouve, et ou fait des séminaires du voyage. »


Nous avons saisi la balle au rebond, pour interroger Jean-Baptiste Lemoyne sur l’ouverture des remontées mécaniques cet hiver. « Avec l’épidémie pas mal régulée, le niveau de vaccination que nous n’avions pas l’année dernière, et le pass sanitaire, nous avons des outils qui nous permettent de garder ouvertes les activités. Donc, pour moi, naturellement, l’idée est de préparer la saison d’hiver avec Atout France et Christian Mantei. » Un groupe montagne sera mis en place à dessein. « Je ne vois pas pourquoi on n’ouvrirait pas ». Les acteurs de la montagne – territoires, stations et et hébergeurs – sont eux aussi très confiants. En témoigne la campagne de recrutement du Club Med.


130 vues0 commentaire