Rechercher
  • Arcs 1800

Gouvernement : Jean-Baptiste Lemoyne le confirme, "cet hiver, c'est ouvert"



Bonne nouvelle pour les professionnels de la montagne et les amateurs de glisse, les stations de ski qui ont rouvert leurs portes à la mi-octobre seront bel et bien ouvertes cet hiver, assure le secrétaire d’État chargé du Tourisme.


Les Français pourront aller skier cet hiver. C'est en tous cas ce qu'a affirmé le secrétaire d’État chargé du Tourisme, Jean-Baptiste Lemoyne, sur le plateau des 4 Vérités de France 2 ce vendredi 5 novembre 2021. "Cet hiver, c’est ouvert, les stations sont ouvertes. Par rapport à l’année dernière, nous avons le vaccin et la vaccination." a-t'il déclaré, confirmant la volonté du gouvernement de soutenir le tourisme à la montagne, grandement impacté par les différents confinements, l'année passée et au début de l'année 2021. Et de poursuivre : "Il est temps que la montagne française puisse revivre."


Jean-Baptiste Lemoyne a également invité "les Français qui ne l’auraient pas encore fait à réserver, car ça monte très vite très fort. Il n’y aura bientôt plus de place." Mais la question de l'instauration du pass sanitaire dans les remontées mécaniques se pose toujours. "Les discussions sont en cours avec les professionnels" a expliqué le secrétaire d'Etat, promettant une "réponse très vite, dans les prochains jours."


En effet, alors que Jean-Baptiste Lemoyne avait annoncé que le pass sanitaire ne serait pas exigé pour accéder aux stations de ski et à leurs remontées mécaniques pour cette saison 2021/2022, le secrétaire d’État chargé du Tourisme avait pour sa part déclaré au micro de Sud Radio, le 19 octobre dernier, que le pass sanitaire était "à l'étude" pour les remontées mécaniques.


"C'est une réflexion qui est en cours. On se pose la question et on apportera la réponse prochainement. Pour les remontées mécaniques, à ce stade, c'est sans le pass sanitaire, parce qu'il n'est pas prévu pour l'instant. Mais il faut ne pas l'exclure parce que le pass, c'est ce qui permet de rester ouvert quoi qu'il arrive." avait-t'il annoncé.


Jean-Baptiste Lemoyne avait par ailleurs, le 19 octobre dernier, minimisé l'impact de la possible obligation du pass sanitaire, rappelant qu'"aujourd'hui 85% de la cible vaccinable est vaccinée et la plupart des gens qui viennent en station prennent un TGV, ceux qui viennent de l'étranger prennent un avion, donc ils sont soumis de fait au passe sanitaire."


Des problèmes de recrutement

L’enjeu est de taille : la fermeture des remontées mécaniques a coûté près d’un milliard d’euros aux fabricants et aux commerces de ski. De nombreuses mairies et collectivités qui vivent des sports d’hiver ont eu des difficultés à - voire n’ont pas pu - boucler leur budget. « Il est temps que la montagne française puisse revivre », a souligné Jean-Baptiste Lemoyne, mettant en avant le fait que l’État avait apporté « plus de 6 milliards d’euros » d’aides au secteur.


Les professionnels du tourisme peinent quant à eux à recruter dans les stations. « La restauration et les bars sont très touchés », expliquait jeudi matin sur Franceinfo le président de France montagne Jean-Luc Boch, déplorant un « retard à l’allumage ». « On est tous en train de se demander ce qu’il faut faire demain pour retrouver le plein-emploi en station », rapporte ce spécialiste.



18 vues0 commentaire