Rechercher
  • Arcs 1800

Comment est gérée la population de bouquetins dans la Vanoise ?



Premier Parc National créé en France, en 1963, la Vanoise est un immense territoire de montagne sauvage qui doit être protégé. Dans ce numéro de Chroniques d'en Haut, on part à la rencontre des anges gardiens de la Vanoise, dont une des missions est la gestion de la population de bouquetins.


La Vanoise est le tout premier Parc National créé en France, le 6 juillet 1963. A cette époque, le bouquetin endémique des Alpes était en voie de disparition, et l’industrie du ski en pleine expansion. Alors pour préserver la nature d’un côté et mettre des limites aux appétits des aménageurs de l’autre, un immense territoire de montagne sauvage a été protégé. Près de 60 ans après, les gardes moniteurs du Parc restent les gardiens de ce sanctuaire. Aujourd’hui, leurs missions restent nombreuses. La faune est surveillée, étudiée, et nécessite au quotidien l’engagement des gardes, passionnés de nature sauvage également.


Parmi ces missions, la gestion de la population de bouquetin est permanente. A l’agonie dans les années 60, ils sont aujourd’hui 2500 dans le Parc, et sous la bienveillante surveillance de leurs anges gardiens. Yoan est garde sur le secteur de Modane dont fait partie le vallon de l’Orgère. Le lieu est symbolique, car c’est ici que se trouvaient les derniers bouquetins endémiques de la Vanoise avant la création de cet espace protégé. Avec son équipe, Yoan devait donc tenter, ce matin-là, de capturer des bouquetins afin de leur prodiguer des soins, et de leur poser un collier GPS permettant par la suite d’en apprendre beaucoup sur leurs modes de vie.


La chose n’est pas aisée, car utiliser des flèches hypodermiques constitue un danger dans le contexte montagnard… En effet, certains animaux se mettaient à fuir en direction des falaises après avoir reçu la fléchette, risquant une chute mortelle au moment où le produit faisait son effet. Depuis deux ans, le Parc utilise, lorsque c’est adapté à la mission, un nouveau système permettant de capturer les animaux sans nécessiter d’anesthésie. Un appât (du sel, en l’occurrence, ils en raffolent) est disposé non loin de la harde. Et lorsque les animaux entrent dans le piège : le filet, télécommandé à distance, empêche leur fuite. Il ne reste plus qu’à les capturer avec d’infinies précautions pour ne pas trop les stresser : chuchotements, bandeau sur les yeux, pattes attachées, et de procéder aux opérations vétérinaires ainsi qu’à la pose du précieux collier GPS.


Simple sur le papier, oui, mais dans la réalité : ce système de capture dépend de la bonne volonté des bouquetins, et nécessite donc une grande patience de la part des gardiens. Mais ce jour-là, après une semaine de tentatives infructueuses, les animaux étaient là, dans les filets, sous l’œil de nos caméras ! Un beau moment, ma foi assez émouvant, lorsque nous avons pris soin de deux jeunes bouquetins et d’un mâle adulte, avant de les relâcher dans la nature…


Mais l’influence du Parc national de la Vanoise ne se limite pas à ses frontières administratives. Tout autour, les stations de ski ont compris l’intérêt de participer à la sauvegarde de certaines espèces, et s’engagent dans des opérations concrètes en partenariat avec le Parc, notamment pour sauvegarder le Tétras Lyre. Là aussi il s’agit de capturer des animaux afin de leur poser un collier GPS, et ainsi, de conseiller les stations de ski sur les zones à protéger, ou les remontées mécaniques à équiper de systèmes permettant aux Tétras de mieux voir les câbles, pour leur éviter des collisions mortelles.


Près de 60 ans après, si l’objectif principal de sauvegarde du bouquetin est réussi, les missions du Parc de la Vanoise restent nombreuses et essentielles pour maintenir au cœur de la Savoie un sanctuaire de nature sauvage, et de continuer le mieux possible à partager l’espace montagnard entre la nature vierge, source d’émerveillement et de contemplation, et la montagne équipée, source de plaisirs, de loisirs …et de revenus pour une grande partie de la population.



17 vues0 commentaire