Rechercher
  • Arcs 1800

Aller skier en train : Français et Anglais le font, bientôt Belges et Néerlandais dit Travelski



Chez Travelski, tout est sur les rails pour aborder sereinement les vacances au ski de cette nouvelle saison d’hiver 2022-2023. Le Tour Opérateur numéro 1 en France des séjours packagés en ligne au ski propose le Travelski Express, une expérience « door to door » (porte à porte), qui permettra aux vacanciers de poser leurs bagages dans le train et être pris en charge jusqu’à leur arrivée dans leur hébergement en station. Cet hiver, ce sont 21 stations de Tarentaise et Maurienne qui sont programmées par le Travelski Express.


Travelski : un train d’avance dans l’expérience Client

Guillaume De Marcillac, CEO de Travelski, nous explique la genèse de ce service et revient en détail sur l’ADN de Travelski : « Depuis la création de Travelski, nous avons inventé un certain nombre de services qui ont tous pour objectif de rendre l’acte de recherche, de réservation et d’expérience de vacances à la montagne plus simple, moins anxiogène et de permettre aux gens de pouvoir profiter de leurs vacances en famille. Notre cœur de cible, ce sont les familles. Les vacances au ski sont des moments qui sont très structurants dans une vie de famille, et marquants pour les enfants et les parents ».



Guillaume De Marcillac, CEO de Travelski

Smile and Pass

Depuis sa création, Travelski a inventé un certain nombre de services comme le « Smile and pass » qui consiste à remettre les forfaits de remontés mécaniques aux clients en même temps que les clefs de leur logement. Un service qui évite de devoir aller chercher son forfait au point de distribution des forfaits. Ou bien encore une simplification de la réservation du matériel de ski, ou enfin la possibilité de se faire livrer les courses dès son arrivée, directement à l’appartement.


Travelski Express, la composante « mobilité » des vacances au ski

Selon Guillaume De Marcillac, le Travelski Express est « la composante mobilité » des vacances au ski.

Sur le bilan carbone d’une semaine au ski, le transport est de loin la première composante en termes d’émission carbone. La deuxième composante est le logement qui n’est souvent pas très bien isolé. Face à ces enjeux environnementaux, le Tour Operator a pris le train en route de la mobilité et a décidé « d’intégrer progressivement la composante transport dans les propositions faites à (leurs) clients, en particulier ceux provenant de l’étranger mais aussi en France ».


L’activité commerciale de Travelski se déploie en France mais également en Belgique, au Pays-Bas et en Angleterre. « En analysant la situation sur le marché anglais, nous avons pris contact avec Eurostar suite à l’annulation d’un train historique au moment du Covid. Parallèlement, de nombreuses initiatives ont eu lieu en Angleterre, sur les réseaux sociaux qui consistaient à dire « rendez nous notre ski train ! », avec des activistes en Angleterre qui ont lancé des pétitions. Nous avons appréhendé cela dans notre logique de développement international, et nous y avons vu l’opportunité de réactiver des discussions avec Eurostar ».



Travelski Express, les Alpes en direct, en train

« Nous leur avons proposé de réactiver ce service en l’affrétant à nos propres risques, avec nos propres moyens. De ce fait il n’y a plus de sujet de rentabilité ou de risque de leur côté. Nous achetons un nombre de places pour la saison que nous commercialisons. Nous assumons donc le risque de remplissage et de commercialisation. Le Covid a été l’accélérateur suite à la cessation de commercialisation par Eurostar. Les discussions se sont intensifiées au printemps 2021. À notre surprise commune, il a eu une volonté des deux parties de s’associer autour de cette opération, et aujourd’hui nous pouvons proposer ce type de service », précise Guillaume De Marcillac.


Une réduction des émissions carbone

« Lorsque l’on propose aux familles de prendre un train puis un transport en commun sur le dernier km, on divise entre 4 et 10 l’émission de carbone du voyage. À partir du moment où l’on est dans une démarche d’aller à la montagne par le train puis par un « transfert en groupe », on promeut une façon qui nous semble « responsable » de partir en vacances dans les Alpes. Nous ne condamnons pas le fait que pour un certain nombre de personnes, le train n’est pas approprié. En tant que Tour Opérateur, nous considérons que nous avons un rôle à jouer qui n’est pas forcément la maximisation de notre marge. Nous allons au-delà de la rentabilité pour proposer un service qualitatif pour le client et une responsabilité de promouvoir ce type de package. »



Travelski Express

Les grandes lignes du Travelski Express version 2022-2023

Cette saison 2022-2023 sera la saison 2 du Travelski Express en Angleterre et la saison 1 en France. Et pour Travelski, pas question de rester sur un train-train d’offres.

Avec un concept Door to Door (porte à porte), Travelski propose à ses clients de débuter leurs vacances à St Pancras à Londres ou à la Gare de Lyon à Paris. À l’arrivée en station, le client dispose de son forfait pour les remontées mécaniques et d’une réservation de matériel si cela a été demandé. Autre avantage, les vacanciers bénéficieront de 7 jours de ski. « Nous avons choisi des trains qui arrivent le matin et repartent le soir ce qui permet d’avoir 7 jours complets de vacances. Le samedi représente une réelle valeur ajoutée pour les skieurs. En choisissant le train, les vacanciers n’ont plus à se préoccuper des bouchons, de la météo, du stress de la conduite, ou de trouver un logement », nous explique Guillaume De Marcillac.



Accès aux pistes de ski en train.

Des obstacles à surmonter sans sortir des rails

La mise en oeuvre du Travelski Express fait l’objet d’améliorations continues. De nombreuses problématiques doivent être surmontées afin d’assurer la meilleure expérience client.


”Pour développer l’accès en train à la montagne, nous faisons face à de nombreux obstacles, mais c’est notre métier de promouvoir de nouveaux projets. Les principaux challenges à relever dans le cas du Travelski Express sont la gestion des horaires. Les vallées de montagne ont un nombre limité de rails, il n’y a pas une infinité de possibilités pour ajouter des trains ».


« Le deuxième challenge est dans le fait d’inventer des nouvelles façons de travailler avec les opérateurs ferroviaires. Avec Eurostar, nous avons opté pour l’affrètement. Nous avons co-construit une offre qui a des implications technologiques puisque nous devons pouvoir gérer les systèmes de réservation et d’allotement des sièges ».


« Il y a également les sujets qui sont liés aux passages de frontières qui sont pour beaucoup pilotés par Eurostar ».


« Enfin quand on arrive dans la vallée, il y a le sujet du dernier kilomètre. Il y a un enjeu important autour du fait qu’il est difficile de trouver des bus et des conducteurs pour autant de voyageurs à la fois. C’est donc un challenge pour nous que de savoir comment prendre en charge plus de 600 voyageurs à la sortie du train, et qui ont tous besoin d’être pris en charge par des bus », nous explique Guillaume De Marcillac.



Vacances au ski

À ce jour, chez Travelski, les réservations des vacances au ski vont bon train

Au train où vont les choses, et avec plus de 15.000 sièges affretés sur l’hiver, Travelski estime que le Travelski Express pourrait représenter entre 5 et 10% du volume de sa clientèle européenne totale. « Ce serait déjà un grand pas en avant. Ce qui nous importe c’est de proposer une offre ferroviaire supplémentaire à celle des lignes régulieres », indique Guillaume De Marcillac. « Pour l’instant la dynamique est positive, cela se passe très bien. Les anglais répondent présents malgré le Brexit et sont sensibles à l’écologie pour leurs vacances au ski. Il n’y a pas de raisons, à date, d’être frileux. »


Un train peut en cacher un autre…

Pionnier dans cette démarche Train + Ski, le Tour Opérateur français poursuit son développement afin de répondre à deux objectifs majeurs :

1 – proposer des produits toujours plus pertinents d’un point de vue expérience Client, continuer à simplifier et rendre les vacances au ski plus agréables.

2 – Intégrer au cœur de leur stratégie, leur responsabilité vis-à-vis du climat.


« SI NOUS POUVONS DÉVELOPPER ET METTRE EN AVANT DES MODES DE TRANSPORTS ET D’HÉBERGEMENT RESPONSABLES, NOUS LE FERONS. NOUS CONSIDÉRONS QUE C’EST NOTRE MISSION DE LE PROMOUVOIR »


Un train depuis la Belgique et les Pays Bas ?

Fort de la mise en place du service Travelski Express, le Tour opérateur leader en Europe de la destination « Alpes françaises » pense déjà à l’offre de demain.

”J’aimerais pouvoir proposer aux belges et néerlandais de venir en train depuis leurs pays, ce qui n’est pas encore le cas », nous révèle Guillaume De Marcillac.


Un accès en train vers les Alpes du Sud ?

Les Alpes françaises restent aujourd’hui l’univers de commercialisation de Travelski. Avec le Travelski Express, les vallées de la Tarentaise et de la Maurienne bénéficient d’un coup de projecteur, notamment en terme d’accessibilité en train depuis la capitale française mais aussi anglaise. Les Alpes du Sud font aujourd’hui partie des destinations que souhaite développer le Tour Opérateur : « Nous devons penser à des accès en train sur les Alpes du sud, en particulier sur Briançon”.


Sans prétention mais avec une logique de construction, Travelski se considère comme un pionnier dans la commercialisation des vacances au ski. ”Nous sommes en train d’inventer l’avenir. L’important est de faire avancer et de pas sur-promettre. Il faut montrer ce que l’on fait et progressivement apprendre de ces expériences et construire », conclut Guillaume De Marcillac.


Une conclusion du CEO de Travelski à la hauteur des enjeux du tourisme de montagne, qui nous l’espérons tous, ne sera pas impacté cet hiver par de nouvelles crises qui pourraient apparaître sans crier gare.

31 vues0 commentaire